Deviant Login Shop  Join deviantART for FREE Take the Tour
×

:icontheratigan: More from theRatigan


More from deviantART



Details

Submitted on
March 25, 2013
File Size
13.2 KB
Link
Thumb

Stats

Views
94
Favourites
0
Comments
29
Downloads
1
×
Chapitre 8 – La Prémonition   Hatena ~ un Monde Nouveau



  Quelle soirée… La journée commençait paisiblement et banalement, telle une de ces douces matinées d’été, où la fraicheur de la nuit fait encore frissonner les fleurs, qui s’épanouissent lentement, se baignant dans la lumière du soleil, plus vive que jamais. Et toute la journée fut ainsi, jusqu’à l’arrivée de ce jeune hivy… Sa fougue a changé le cours de ma journée, voire de ma vie. Il a suffit que ce félin vienne frapper à ma porte. La vie est parfois faite d’étranges réalités. Même le plus minuscule des gestes peut bouleverser tout un monde.

  Epuisé, je m’allongeai sur mon lit dans un fracas sourd. Dans un soupir, je regardais le plafond, repensant aux évènements de cette nuit. Après tout, il était une heure et demie du matin… Je me reposais, exténué, les deux mains derrière la tête, respirant longuement… J’étais allongé sur un des deux lits de la pièce. Nous étions juste en dessous du plafond de la mairie, du côté Est. J’ai galamment laissé le lit de son choix à Mimi, avant qu’elle ne se retire dans la salle adjacente pour retirer sa robe. La salle était simplement éclairée par une petite cage de chevet, dans laquelle virevoltait lentement un Flibby, qui éclairait la pièce d’une lueur chaude, contrastant avec le peu de lumière que nous rendait la fenêtre, aussi pâle et froide que le ciel étoilé de cette nuit.

  Je glissai ma main dans ma poche, et en sortit la fameuse boussole… Cette boussole indiquait bien le Nord, pas de problème. Seulement, lorsqu’on l’ouvre, il reste une seconde protection, plus étrange : Cette partie métallique creuse en forme de trèfle peut se retirer comme le couvercle, mais dans l’autre sens. Sur les quatre feuilles de ce qui semble être un trèfle sont en fait quatre traits semblables à des runes, avec quatre traits convergeant vers le centre creux, qui laisse entrevoir la rose des sables qui pivote en dessous, pour indiquer le Nord. Ce mécanisme est étrange… Et pourquoi une personne aurait tenu à ce que cette boussole entre en ma possession à ce moment précis ? Cette question et cet étrange objet me torturaient mon esprit toujours aussi fatigué.

  Alors que je commençais à m’assoupir encore en chemise sur mon lit, une personne vint toquer à la porte. Péniblement, j’ouvris les yeux pour répondre.



« Oui ?.. fis-je à moitié endormi.
- C’est moi, répondit Mimi de derrière la porte. Je vais entrer mais promettez-moi que vous ne regarderez pas ! Je… ne suis pas totalement habillée.
- Oui, oui, ne vous en faites pas… répondis-je, de nouveau bien réveillé.
- Vraiment hein !
- Mais ouiii…
- Promettez-le-moi !
- Je vous le promets… fis-je un peu dérangé. »

  J’ai aussitôt fermé les yeux, et me suis même retourné la tête dans mon oreiller pour la rassurer. Après quelques secondes d’hésitation, elle poussa lentement la poignée et entrouvrit la porte. Dans un petit grincement, je pus deviner qu’elle passa la tête pour vérifier si je me cachais bien les yeux. Et après vérification, elle s’empressa d’entrer et de fermer la porte, pour aller rejoindre sa couche aussi vite qu’elle n’était entrée. Dans un vacarme sourd, je pus distinguer qu’elle était en train de s’emmitoufler sous son drap, pour éviter tout regard maladroit. Et une fois prête, après quelques soupirs, elle me fit signe que je pouvais sortir de ma cachette.

  Moi, je n’étais déjà plus vêtu que de mon pantalon et de ma chemise ouverte, prêt à m’endormir, malgré cet accoutrement inapproprié. Quant à Mimi, je crus comprendre qu’elle était en sous-vêtements, sa robe étant trop ‘‘précieuse’’ pour revêtir le rôle de simple pyjama. Maintenant, elle avait les cheveux détachés, seuls son épaule gauche et son tatouage se dégageaient de son drap. Cette situation était assez embarrassante, en une soirée, nous avons été victimes d’un rapprochement forcé… Mais pas négatif pour autant !

  Alors qu’un lourd silence pesait sur le silence de la salle, et que le chant des grillons se faisait entendre à travers les carreaux, la lumière du Flibby commençait à faiblir… Et alors que la douce mélodie des calmes et douces nuits d’étés nous portait vers le sommeil, la petite lueur de la pièce nous bloquait… Ou peut-être était-ce simplement le fait de dormir en présence d’une personne du sexe opposé… Timidement, j’engageai la dernière conversation de cette nuit…

« Dites Mimi… Quel âge avez-vous au juste ? demandai-je d’une petite voix, en regardant le plafond éclairé par une lumière bleue et une lumière chaude…
- Hmm… J’ai 19 ans. Mais Reno…
-Oui ?
-On pourrait arrêter de se vouvoyer quand même… fit-elle et s’allongeant sur son dos, avec le drap par-dessus elle, épousant ses formes. Nous nous connaissons, nous avons vécu une sacrée expérience, nous allons voyager toute la journée ensemble demain et puis là, je dors en sous-vêtements à côté de toi quand même… Je trouve ça ridicule…
-Oui, c’est ridicule…
-Mais en fait Reno, dit-elle en se redressant sur le côté avec la tête au creux de son bras droit, tu connais bien qui je suis, mais moi je ne sais rien de toi. Raconte-moi qui tu es !
-Comment cela ?..
-Et bien pour commencer, quel âge tu as ?
-Et bien, je vais avoir 28 ans dans quelques mois…
-Et tu es détective de profession ? dit-elle, la tête dans les nuages.
-Non… Au début, j’étais… le plus grand critique de tout Hatena… répondis-je pensif et quelque peu gêné.
-Waaah ! Un peu comme le Botaniste, le célèbre critique ? demanda-t-elle en souriant.
-Et bien pour tout te dire… C’était moi.
-Hein ?! Toi ?
-Oui, et si tu pouvais… le garder pour toi, ça m’arrangerait… répondis-je en tournant ma tête sur ma gauche, vers elle, en posant mon regard sur son visage… et ses courbes.
-Oui, je… je comprends, acquiesça Mimi un peu freinée dans sa surprise. Mais quand même, le Botaniste a critiqué les plus grands, et… Il jouissait d’une renommée sans pareille ! Enfin, toi !
-Mais c’est du passé. Ce rôle du « Botaniste » était excitant, me rapportait de l’argent, mais au bout d’un moment… Je commençais à m’en lasser, expliquai-je en soupirant le regard sur les poutres du plafond.
-Pourquoi ?
-Rester anonyme malgré tout ce qu’on accomplit est d’un frustrant… J’avais l’opportunité de révéler mon identité ou de la cacher, mais pour des raisons purement personnelles, j’ai choisi un pseudonyme. Et a cause de cette fausse identité, j’étais condamné à être le petit gars sympa du troisième étage, un mec banal. C’est tout ce que je ne veux pas être… Même la plus modeste des personnes serait frustrée de faire la chose la plus connue au monde sans pouvoir dire « c’est moi qui l’ai fait ! », tu comprends…
-Moui… fit-elle en poussant un grand soupir, en baissant ses yeux et en se remettant sur le dos.
-Mais toi, tu es célèbre, et ton surnom ne cache pas ton nom, n’est-ce pas, madame la « cantatrice de l’aurore », dis-je en prenant un accent taquin.
-Oui, hihi, c’est bien mon nom de scène, fit-elle en pouffant. Mais… Ca alors, tu l’as retenu ? s’étonna-t-elle et souriant.
-Oui, on me dit souvent que j’ai une excellente mémoire… Enfin… pour les choses qui en valent la peine ! m’amusai-je, tandis que Mimi riait aussi.

  Alors que la conversation paraissait avancer, il y eut un blanc… Nous étions morts de fatigue. Et sans que je ne m’en sois rendu compte, le Flibby avait cessé de rayonner…  Nous n’étions éclairés maintenant que par les étoiles et la lune, ainsi que les lampadaires de la rue à côté de notre chambre. Je tournai légèrement ma tête sur ma gauche, Mimi fit de même en se penchant à droite, et dans un regard à demi éveillé, nous nous souhaitâmes une bonne nuit, comme si nous compatissions l’un pour la fatigue de l’autre, malgré le noir de la pièce. Alors Mimi retourna sa tête vers le ciel, et ferma les yeux doucement.

  Moi, en parfait mâle que je suis, je ne pus m’empêcher de jeter un  œil sur le drap, qui épousait à la perfection ses courbes, que je pus à peine distinguer dans la pénombre. Et il faut dire que… La nature avait été… généreuse avec elle. Il faut dire que même si tout semble indiquer qu’elle restera simplement une amie, je reste un homme, et j’avoue que cette vue ne me déplait pas.

  C’est en réorientant ma tête vers le plafond à colombages que les images de la journée vinrent se mélanger, floues, comme sur un appareil photo jetable sur lequel on aurait oublié de tourner la molette… Ces sons… Ces Lanternes… Cette statue… Cette chanson… Ce hivy… Ce Cocon… Ce voleur… Monsieur Aquilon… Le Flipnote… Ce tatouage… Mimi… et la Boussole… A travers ce tourbillon calme de pensées, je sombrai dans ce sommeil tant attendu.



  « Reno…                       La croix…                                          Suis la croix…                          La chute d’Hatena…                                    est proche…                                             Suis-là…                                                                     Reno…        Reno…         Reno… »



« Reno ? Reno ?.. Reno, debout ! Allez, il est presque dix heures, nous devons aller préparer nos affaires ! A onze heures, nous partons pour Bluberri ! »

  Mimi se releva de mon lit et sortit de la chambre. Elle avait déjà revêtu sa robe. Elle s’était visiblement levée avant moi. Encore à moitié endormi, je me redressai  jusqu’à m’asseoir. Puis je fus surpris : j’avais toujours ce tatouage sur la main… Ce n’était donc pas un rêve… Mais cette voix… Elle m’était familière… La chute d’Hatena ? Suivre la croix ? Bah, ça n’était que mon imagination après tout.

  Péniblement, je me levai, sauta dans mes habits et dévala les escaliers de la mairie en direction de la sortie. Je croisai Mimi, qui m’a expliqué que ses affaires se trouvaient à l’hôtel du village, sur la grande place, et que par conséquent faire ses affaires ne lui prendrait pas trop de temps. Mais elle me conseilla de me dépêcher : je n’avais plus qu’une heure pour tout préparer ! Alors tel une antilope, je courus le long de la longue rue descendante vers chez moi, et une fois rentré chez moi, je ne pus m’empêcher de m’arrêter quelques secondes… Si j’étais resté ici, tout seul dans ma maisonnette, je n’aurais jamais vécu cette histoire. Mais je repris aussitôt mes esprits.

  Je me ruai dans toutes les pièces. J’avalai un peu de céréales, prit une furtive douche, m’apprêtât pour le trajet, changeai de vêtements, prit des rechanges, emmena mon nécessaire de botanique, toute une encyclopédie sur Hatena, quasiment toutes mes baies, divers produits et lotions, des victuailles, de la boisson, divers objets de divertissement, une photo chère à mon cœur, mes papiers, tout un arsenal pour les croquis et le dessin, mon carnet fétiche, un sac de couchage, et toutes sortes d’objets ‘‘indispensables’’. Une fois le tout rangé, ou plutôt entassé dans mon vieux sac de voyage, je pris le tout sur mon dos et je revêtis mon béret. Avant de repartir, je pris une profonde respiration. Ca y est, j’allais quitter ma maisonnette. Au moins, la voisine, madame Row, pourra veiller sur mon jardin.

  Alors que je remontais la pente vers la grande place au sommet de la colline, j’entendis quelqu’un m’appeler.

« Monsieur ! Monsieeeur ! Monsieur, attends-moi ! »

  Je me retournai, et je vis un jeune hivy, courant à quatre pattes avec un sac sur le dos et sa crinière féline au vent. C’était Kousco ! Mais il porte avec lui un sac semblable au mien… Aurait-il deviné que je partais ? M’étant arrêté, il finit par arriver à mon niveau. Je baissai un peu la tête pour le voir mieux.

« Kousco ? Mais… Que fais-tu là ? Ça va mieux depuis hier soir ? demandai-je, pris au dépourvu.
-Oui oui ça va, répondit-il d’un coup sec.
  S’il-te-plait Monsieur, je veux venir avec toi !
N'hésitez pas à faire tourner et à parler de Hatena à tous ceux qui en viennent, pour que notre monde se révèle à eux !

Un lit. ENFIIIIN !!! Reno et Mimi en avaient bien besoin ! Après une petite examination de la boussole, Mimi a un problème vestimentaire ! Mis à part le fait que le corps de Mimi se dessine sur son drap, elle et Reno échangent quelques mots dans l'obscurité avant de s'endormir. Et pendant la nuit, une étrange voix résonne dans la tête de Reno... Qu'est-ce ? xD

A son réveil, il part en rush chez lui pour préparer se bagages, mais au moment de revenir sur la place, un certain hivy vient le stalk... hem, l'interpeller !

CHAPITRE PRÉCÉDENT : [link]
CHAPITRE SUIVANT : [link]
Add a Comment:
 
:iconalinkkiyoiyuusha:
AlinkKiyoiYuusha Mar 27, 2013  Student Artisan Crafter
NON.
NON !
NON !!
tous les MALES ne sont pas COMME CA !
mais.. mais ! tu tu l'imagine la pauvre cantatrice qui a peut etre d'ailleurs jamais exposé son corps a personne et qui a l'air super timide, qui trouve le courage de dormir pres de toi en sous vetements et qui se fait reluquer sans le savoir, mais, mais, la pauvre quoi !
Enfin je veux dire, quasi tous les mecs sont comme ca mais, mais, mais pensez un peu a ce qu'elle ressent enfin je, tu tu t'imagines toi en slip et qu'une fille te reluque avec un drap peu epais pendant que tu dors ?
je suis désolé mais non, ca se fait pas, meme si tout au fond de toi tu veux la voir, tu veux connaitre le bonheur absolu de voir une pure merveille
NON
c'est méchant ! >N<
je suis peut etre le seul homme sur terre a etre du genre mais moi le premier reflexe que j'aurais fais si je voyais ses formes, je me serais retourné et caché !
parce que oui tout ce qui touche a ca me met extremement mal a l'aise..
tu l'as peut etre compris, mais ce dont parle kyotchan, c'est moi, la victime.. =w=""
enfin a part ce petit détail c'est un chapitre vraiment interressant mais assez compliqué a comprendre avec la boussole et la description des locaux...
BREF, LA SUITE.
Reply
:icontheratigan:
theRatigan Mar 27, 2013  Hobbyist Traditional Artist
Tu te rendras vite compte que Reno est un petit peu pervers xD (c'est ce qu'il pense lui pour le coup du "tous les mâles")

Et puis il a 27 ans ! :P Et c'est aussi un petit peu un séducteur, si tu as bien suivi ce qu'il voulait faire au début à la fête ! ;) Mais c'est vrai, c'est un pervers xD Ne t'inquiète pas jeune padawan, l'obscurité cachait quasiment tout ! ^^
Reply
:iconalinkkiyoiyuusha:
AlinkKiyoiYuusha Mar 27, 2013  Student Artisan Crafter
ca va donner le contraste entre les deux... OWO
Reply
:icontheratigan:
theRatigan Mar 27, 2013  Hobbyist Traditional Artist
oui justement xD c'est voulu ! :)
Reply
:iconalinkkiyoiyuusha:
AlinkKiyoiYuusha Mar 27, 2013  Student Artisan Crafter
du coup on procède comment ?
Reply
:icontheratigan:
theRatigan Mar 27, 2013  Hobbyist Traditional Artist
faudrait qu'on se passe un coup de fil :P
Reply
:iconalinkkiyoiyuusha:
AlinkKiyoiYuusha Mar 27, 2013  Student Artisan Crafter
pas ce soir, j'ai deja une amie qui m'appelle a 18h, tu peux toujours une heure apres owo
Reply
:icontheratigan:
theRatigan Mar 27, 2013  Hobbyist Traditional Artist
oké, no problemo ^^
Reply
:iconkyotchan:
" Moi, en parfait mâle que je suis, je ne pus m’empêcher de jeter un œil sur le drap, qui épousait à la perfection ses courbes, que je pus à peine distinguer dans la pénombre. Et il faut dire que… La nature avait été… généreuse avec elle. Il faut dire que même si tout semble indiquer qu’elle restera simplement une amie, je reste un homme, et j’avoue que cette vue ne me déplait pas."

Toi, je t'aime. (c'est bien de montrer qu'on a des testostérones mec x3) :p
Reply
:icontheratigan:
theRatigan Mar 26, 2013  Hobbyist Traditional Artist
Bin quoi ? xD C'est vrai, n'importe quel mâle qui se respecte aurait balayé du regard une silhouette aussi bien reproduite ! :D (pas de blague vaseuse sur "reproduite" stp.)
Reply
Add a Comment: